Projet Singrobo Ahouaty

Le projet comprend la conception, financement, construction et exploitation de la centrale hydroélectrique de 44 MW, et de ses infrastructures associées, sur le fleuve Bandama, près des villages de Singrobo et Ahouaty en Côte d’Ivoire.

L’aménagement hydroélectrique comprend les infrastructures suivantes:

  • Sur la rive droite, un barrage principal  en terre et en enrochement de 27 m de haut et 1 025 m de long
  • Sur la rive gauche, un barrage de béton compacté à rouleaux de 150 m de long.
  • Un réservoir d’une capacité de 105 hm3 avec une surface maximale de 20 km2
  • Au centre, un évacuateur de crues en béton, suffisamment grand pour écrêter un débit de 2.745m3 /s correspondant à une occurrence d’inondation de 10.000 ans.
  • Un ouvrage de prise d’eau composé de deux pertuis entrées et de deux conduites forcées intégrées dans le corps du barrage
  • Une usine en surface au pied du barrage, sur la rive droite du fleuve, équipée de deux turbines Kaplan à axe horizontal couplés à deux alternateurs de 22MW.
  • Un canal de fuite d’environ 1,3 km de long pour déverser les eaux turbinées dans le fleuve Bandama.
  • Plusieurs installations de chantier incluant une cité O&M, une cité des travailleurs, une base vie et diverses autres installations temporaires.
  • Deux lignes de transport d’énergie de 3 km de long chacune, prévues pour être connectée à la ligne de transport 90 kV existante Taabo-Agboville

L’aménagement hydroélectrique sera construit sur une période de 3 ans avec un schéma de dérivation en deux temps. Le projet prévoit une production annuelle de 217 GWh et fonctionner avec un facteur de charge de 56%

 


Structure

La société IHE est chargée du développement, du financement, de la construction, de l’exploitation et de la maintenance du projet d’aménagement hydroélectrique de Singrobo-Ahouaty sur la base d’un schéma contractuel BOOT. Le projet est financé sur la base d’un schéma privé à recours limité. Le projet a atteint sa clôture financière en décembre 2018.

Ce type de montage, dit en IPP, permet de mobiliser les capacités de développement, conception, construction et d’exploitation du secteur privé. Les financements seront également apportés par le secteur privé ce qui permet de limiter le recours à l’endettement public. Ce montage permet une répartition optimisée des risques entre parties publique et privée permettant une meilleure efficacité dans la mise en œuvre

 


Justification

Le projet est parfaitement fondé d’un point de vue technique, économique, environnemental et social.

Tout d’abord, d’un point de vue technique, le projet bénéficie de :

  • Proximité exceptionnelle du réseau électrique et du réseau routier. Le barrage est situé à moins de 4 km de chacune des autoroutes Abidjan-Yamoussoukro et de la ligne électrique.
  • Présence de barrages en amont à Taabo et Kossou, permettant une gestion optimisée des ressources hydrauliques de la rivière Bandama.
  • 35 ans de données hydrologiques – 23 km en amont du site du projet

Deuxièmement, d’un point de vue économique :

  • Ce projet s’inscrit dans la stratégie du gouvernement ivoirien visant à atteindre une part de 42 % d’énergies renouvelables d’ici 2030. C’est le seul IPP hydroélectrique du pays à passer à l’étape de la construction parmi une douzaine d’initiatives.
  • Le projet est doté d’une structure tarifaire compétitive reflétant fidèlement les coûts. Dès le premier jour, le tarif était concurrentiel par rapport aux autres nouveaux projets d’énergie renouvelable. Cette structure implique également une réduction substantielle du tarif dès le remboursement de la dette pour devenir le IPP le plus compétitif du pays.
  • Le projet fonctionnera également aux heures de pointe quotidiennes (de 18 h à minuit), ce qui permettra de remplacer la production coûteuse de diesel à ces heures.

Troisièmement, du point de vue environnemental et social :

  • Avec seulement 2 ménages physiquement déplacés, le projet a été conçu pour minimiser les impacts sociaux. Néanmoins, 290 ménages seront déplacés économiquement sur une base permanente, essentiellement des agriculteurs et des propriétaires terriens et 438 ménages seront temporairement déplacés économiquement (essentiellement des pêcheurs).
  • Ce projet est le seul projet hydroélectrique en Côte d’Ivoire qui a été développé conformément aux normes de performance de la SFI et aux sauvegardes opérationnelles de la Banque africaine de développement. Il s’agit du premier projet hydroélectrique en Côte d’Ivoire visant à compenser l’impact temporaire sur les activités de pêche, à inclure un flux écologique et à préparer un plan d’action en faveur de la biodiversité destiné à assurer des gains nets sur les habitats critiques.
  • L’augmentation de la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique national permettra de réduire les émissions de CO2 d’environ 124 000 tonnes par an. Le projet élabore également un plan de développement communautaire.